13 octobre 2014

simple comme 1-2-3 : compote de pommes

Autant vous en avertir tout de suite : bien que j'aime beaucoup cuisiner, j'ai horreur des recettes compliquées. Celles que je partagerai ici à l'occasion seront donc simplissimes... et celle qui suit en est un bon exemple!


Y a-t-il quelque chose de plus délicieux, de plus réconfortant et de plus facile à faire soi-même que la compote de pommes? Et c'est en plein la saison d'en congeler une bonne grosse batch pour en profiter pendant les durs mois à venir!

J'ai la chance de pouvoir acheter à très bas prix des pommes «numéro 2», aussi appelées «deuxième choix», c'est-à-dire de différentes variétés et un peu poquées. (En réalité, c'est plutôt rare que je tombe sur une pomme assez endommagée pour que je doive en couper une partie.) Ces temps-ci, on peut trouver de gros sacs de pommes en spécial à l'épicerie, donc ça vaut la peine de garder l'œil ouvert. Et si vous pouvez cueillir vos pommes directement dans un verger, je vous envie beaucoup!



Étape 1 : Lavez les pommes et laissez-les égoutter un peu sur un linge à vaisselle.


Étape 2 : Pelez, épépinez et coupez les pommes en dés. (C'est loooong! Je passe le temps
en écoutant les balladodiffusions de mes émissions préférées.)


Étape 3 : Faites mijoter les pommes dans une cocotte, mi-couverte, en ajoutant un peu d'eau au fond
pour les empêcher de coller en attendant qu'elles fassent leur jus.
Brassez de temps à autre pour que la cuisson soit égale. C'est tout!


Je sais, vous allez me dire qu'il manque quelque chose... Où est le sucre, où sont les épices? Je n'en mets jamais — j'aime que ma compote goûte vraiment les pommes! Vous pouvez évidemment en ajouter et expérimenter.

Pendant combien de temps est-ce qu'il faut laisser cuire? Eh bien, ça prend le temps que ça prend! Tout dépend de la quantité de pommes et aussi des variétés que vous utilisez. Avec des pommes qui se défont complètement, comme la Macintosh, ce sera plus rapide, mais si elles gardent leur forme en cuisant, comme la Lobo, vous devez attendre qu'elles soient complètement ramollies et fondantes sous la dent.

Quand j'ai commencé à faire de la compote, il y a de nombreuses années, j'utilisais un moulin à légumes pour obtenir une texture lisse. Mais comme je m'en servais seulement une fois par année, je m'en suis débarrassée; ma compote a maintenant une allure «rustique» qu'on voit bien sur la dernière photo. Étant donné que les pommes «numéro 2» ne comprennent jamais les mêmes variétés dans les mêmes proportions, la texture et la saveur de ma compote sont toujours des surprises!

La compote de pommes se congèle sans problème dans des contenants hermétiques pendant plusieurs mois. Dans mon expérience, un bon pot de compote maison fait un cadeau très apprécié.

2 commentaires:

  1. J'adore que ta compote comprenne diverses variétés de pommes: une plus grande complexité de saveurs, sans pour autant se compliquer la vie (ni la recette) davantage! Que demander de mieux? Quant à l'allure rustique, j'aime tout autant. Ça donne de la texture, c'est agréable sous la dent!

    Il faudra bien un jour que je te kidnappe en automne: je t'amènerai cueillir des pommes dans mon verger préféré et, si on est chanceuses, on pourra aussi observer les bernaches sur la rivière comme j'ai eu la chance de le faire cette fin de semaine. Et puis la corvée de pelage de pommes sera moins longue à deux!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Oh là là, ce serait génial! Josiane + pommes + possibilité de bernaches = combinaison parfaite!

      J'avoue préférer une texture plus grossière que parfaitement lisse; ça donne moins l'impression de «manger mou» :-)

      Effacer

Si vous avez une question, un commentaire ou une suggestion, ne vous gênez surtout pas — l'objectif de ce blogue est le partage!