20 octobre 2014

simple comme 1-2-3 : pâté de lentilles

Il y a bien longtemps, quand ma sœur et moi étions très jeunes, mes parents se sont associés à un couple d'amis et à d'autres connaissances pour acheter un ancien camp de gardes-feu situé à presque 2 heures de route au nord de La Tuque. Un grand chalet avec une véranda vitrée qui donne sur un lac entouré de montagnes, un garage à deux étages (infesté de souris) rempli d'objets hétéroclites, une belle forêt presque intacte, plein d'animaux sauvages, pas d'électricité avant le coucher du soleil quand on démarrait la génératrice (affectueusement surnommée «la machine infernale), des règles de savoir-vivre bien différentes de celles «en ville», une grande liberté de mouvement à part pour l'heure des repas et du dodo... Je pourrais continuer longtemps, mais en tout cas c'était un véritable paradis pour la petite fille hyper timide et complexée que j'étais.

Le domaine a été vendu il y a quelques années, faute de temps et de ressources pour l'entretenir... mais les souvenirs que j'en garde sont indélébiles et encore bien vivants! Ils ont tendance à remonter à la surface aux moments les plus inattendus, comme c'est justement arrivé la semaine dernière.

Un des rituels de chaque séjour était la Grande Bouffe, un souper communautaire auquel tout le monde contribuait. Entre autres, il y avait toujours un rôti entouré de patates et de carottes qui avait cuit toute la journée. Malgré nos meilleurs efforts, il y avait toujours des restants le lendemain. Étant donné que ce gros repas avait habituellement lieu la veille du départ d'au moins certains d'entre nous, Diane (grande amie de la famille, ma «maman grano»; je vous reparlerai sûrement d'elle) avait trouvé un moyen génial de passer les restants et de fournir un lunch à ceux qui prenaient la route : elle passait tout ça à la moulinette avec quelques gousses d'ail*, et faisait d'immenses sandwichs avec ce pâté et une quantité généreuse de moutarde. C'était délicieux!

C'est exactement à ces sandwichs que j'ai pensé en goûtant à mon pâté de lentilles improvisé. La texture était vraiment similaire, et si j'avais ajouté un peu plus d'ail, ça aurait presque eu la même saveur! Je suis très heureuse de pouvoir recréer ce souvenir-là, moins la viande, après tant d'années.



Étape 1 : Faites cuire des lentilles (vertes ou brunes) : 1 tasse de lentilles + 3 tasses d'eau,
mijoter à découvert 20-25 minutes, éteindre le feu, laisser reposer 20 minutes, égoutter et mettre au frigo.


Étape 2 : Passez au robot culinaire ou au moulin avec ce qui vous inspire : carotte râpée, tomates séchées, tahini, sauce soya ou sel, levure alimentaire (si vous en avez), fines herbes, un peu d'huile ou d'eau.


Étape 3 : Tartinez bien épais entre deux tranches de pain ou sur des toasts ou des craquelins,
avec une généreuse quantité de moutarde!



Je suis certaine que ça fonctionnerait en mettant tous les ingrédients dans un grand bol et en les réduisant en purée avec un pilon à patates — la texture serait juste plus rustique!


* Il y a deux aliments que j'associerai toujours au chalet : l'ail et les pois chiches; c'est là que je les ai connus (on n'en mangeait pas à la maison) et que j'en suis tombée raide dingue!

4 commentaires:

  1. Il n'y a rien de tel que de retrouver une saveur qui vivait dans nos souvenirs! Et même sans associations positives préalables, ton pâté de lentilles me paraît délicieux. Merci de l'avoir partagé, de même que les souvenirs heureux de tes séjours dans ce chalet. C'est très chouette que tu aies pu profiter de ce paradis!

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Trouvaille complètement accidentelle, en plus!
      Ah, le chalet... Si tu savais!

      Effacer

Si vous avez une question, un commentaire ou une suggestion, ne vous gênez surtout pas — l'objectif de ce blogue est le partage!