4 décembre 2014

simple comme 1-2-3 : soupe aux légumes (et plus si affinités)

Ce qui suit n'est pas vraiment une recette, mais plutôt un petit résumé de ma philosophie de la soupe. Oui, je prends la soupe très au sérieux! Ce n'est pas seulement de l'eau et des morceaux de ci ou de ça... Dans ma famille, on plaisante souvent que ma soupe est assez épaisse pour qu'une cuillère y tienne debout, et c'est la stricte vérité!




Étape 1 : Remplissez votre bouilloire au maximum et mettez-la en marche.
Pendant ce temps, nettoyez, pelez (au besoin) et coupez vos légumes.

 

Étape 2 :  Faites revenir les légumes pendant 1 ou 2 minutes à l'huile d'olive dans une cocotte.
Fouillez dans le frigo et les armoires pour voir ce que vous pourriez ajouter,
par exemple un fond de sac de riz, de lentilles, de quinoa, de millet, etc.
(Eh oui, j'ai un contenant dans mon armoire pour mettre tous ces restants!)


Étape 3 : Ajoutez assez d'eau bouillante pour couvrir généreusement les ingrédients,
amenez à ébullition, baissez le feu et couvrez en laissant un espace pour la vapeur.
Laissez mijoter en brassant la soupe de temps à autre et en vérifiant la cuisson.
(Si vos «extras» sont déjà cuits, attendez que les légumes soient bien tendres pour les ajouter.)
Goûtez et assaisonnez le bouillon seulement vers la fin de la cuisson.


La grande majorité de mes soupes contiennent un trio «classique» : ail, pommes de terre et carottes (ici j'avais aussi de la courge musquée). J'étais bien contente de pouvoir utiliser le riz basmati brun qui languissait dans mon armoire. Un bon ajout pour que la soupe soit plus épaisse et plus nutritive, ce sont les lentilles roses; elles se défont à la cuisson et donnent une texture presque crémeuse au bouillon.

Côté assaisonnement, j'ajoute habituellement du sel et du thym (jamais de poivre, que je n'aime tout simplement pas).

Une petite mise en garde : je ne vous recommanderais pas de congeler une portion de votre soupe si elle contient des pommes de terre, qui deviennent grisâtres et spongieuses lorsqu'elles décongèlent...

2 commentaires:

  1. Si Vigneault chantait que son pays ce n'est pas un pays, c'est l'hiver, je pourrais chanter que ma soupe, ce n'est pas de la soupe, c'est du ragoût! C'est au point où j'utilise parfois un porte-manteau anglais qui m'amuse bien: stewp (du ou de la stewp, j'arrive pas à décider du genre à donner à ce mot en français!). On dirait bien que tes soupes et les miennes se ressemblent à cet égard!
    J'ai fait une découverte intéressante dans un potage récemment: l'urad dahl. J'ai mis ça plutôt que des lentilles pour essayer voir ce que ça allait donner, et wow, crémeux est totalement le mot qui m'était venu - encore plus que les lentilles roses. Les légumineuses offrent tellement de textures et de saveurs différentes, c'est vraiment génial! Belle (et délicieuse!) façon de varier nos soupes à l'infini même en gardant la même recette de base.

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. Amusant qu'on partage la même philosophie de la soupe! J'aime bien le mot «stewp» — tu permets que je te l'emprunte?

      Je vais garder l'œil ouvert pour trouver de l'urad dahl. C'est vrai que les légumineuses, c'est à la fois tellement délicieux, nourrissant et polyvalent. Aliment parfait? Je dirais que oui!

      Effacer

Si vous avez une question, un commentaire ou une suggestion, ne vous gênez surtout pas — l'objectif de ce blogue est le partage!