22 septembre 2017

mes essentiels dans la cuisine

Bien que je ne sois pas particulièrement matérialiste, il y a de ces objets dont je pourrais difficilement me passer... surtout dans la cuisine!



Un tablier. Il m'arrive souvent de l'enfiler le matin et d'oublier de l'enlever avant le soir! (Je ne suis encore jamais sortie avec, mais ce n'est qu'une question de temps.) Je l'ai trouvé au Village des Valeurs. Il a visiblement été «fait maison» et comporte 2 grandes poches super pratiques.



Un entonnoir de mise en conserve en métal. Je l'ai acheté chez Canadian Tire, et c'est un investissement que je ne regrette pas. Avec ma maladresse légendaire, c'est devenu impensable pour moi de transférer quoi que ce soit dans un contenant sans cet outil.



Un petit couteau, un aiguisoir et une planche à découper. Ça m'a pris du temps à m'habituer à la forme de cette lame, mais je ne m'en passerais plus maintenant; elle permet de couper avec précision des tranches minces et de hacher très finement. Je m'en sers tellement souvent (avec la planche) que je dois aiguiser mon couteau aux 2 semaines environ.



Une spatule en silicone et une cuillère de bois. Pour récupérer le dernier soupçon de beurre d'arachide au fond du pot, laissez faire le couteau! Et je crois avoir hérité de ma mère le culte de la cuillère de bois... J'aime bien voir que la mienne est si usée au bout.



Un grand poêlon. Je m'en sers pour faire presque tout, de la socca à la sauce pour pâtes.



Une essoreuse à salade. Celle-ci est un peu petite à mon goût. En tout cas, jusqu'à maintenant elle a résisté à un usage intensif. Elle ne sert pas seulement pour les salades, mais aussi pour laver, faire tremper et rincer des fruits et légumes de petite taille.


(J'aurais aussi pu inclure une photo de ma vaste collection de pots Mason... Mes préférée sont ceux à embouchure large.)


__________________________________

Étant donné que je pars en voyage dans quelques jours et que je risque d'être passablement occupée à mon retour, ceci sera mon dernier billet pour une période indéterminée. Prenez bien soin de vous, et profitez du plein air!

18 septembre 2017

de retour du marché n° 17

Quelle semaine!


Oui, je sais, du plastique... mais ce sont des produits excellents et très locaux de la Ferme Marcouiller.
Les cerises de terre étaient les meilleures que j'aie mangées de ma vie!


J'étais à cours de confiture; par curiosité, je suis allée voir au Marché Notre-Dame et j'ai trouvé celle-ci, fabriquée tout près de Trois-Rivières. Elle est absolument délicieuse.


J'ai fait le plein de pommes et de bananes chez IGA, et acheté une aubergine très mal en point avec l'intention de l'utiliser dans une ratatouille.


Une autre visite au kiosque de la Ferme Marcouiller pour les autres ingrédients de ma ratatouille (elle était à se rouler par terre!).


Il y avait un arrivage d'ail du Québec à prix raisonnable chez Fruits et Légumes en Gros. J'adore l'ail et je ne peux jamais en avoir trop en réserve!


Eh oui, encore le kiosque de la Ferme Marcouiller... Comment résister à leurs cerises de terre?
J'ai fait cuire tout le maïs, j'en ai mangé la moitié immédiatement et j'ai gardé le reste pour l'intégrer à des recettes au cours des prochains jours.

15 septembre 2017

simple comme 1-2-3 : biscuits banane-avoine-beurre d'arachide

Il y a quelques mois, j'ai eu une envie soudaine de manger des biscuits aux flocons d'avoine et au beurre d'arachide pour déjeuner. Je n'ai aucune idée d'où c'est venu, mais je suis super contente que ça soit arrivé, parce qu'en cherchant sur internet une façon simple de combiner ces ingrédients, je suis tombée sur une recette simplissime et polyvalente. En plein mon genre!

ingrédients

- 2 bananes très mûres
- 1 1/2 tasse de flocons d'avoine
- 1/3 tasse de beurre d'arachide
- 1/4 tasse de pépites de chocolat (ou de canneberges séchées, de dattes hachées, etc.)



Étape 1 : Préchauffez le four à 350 °F. Écrasez les bananes avec une fourchette pour en faire une purée lisse. Ajoutez les flocons d'avoine et le beurre d'arachide, et mélangez bien. Ajoutez les pépites de chocolat (ou l'ingrédient sucré de votre choix) et intégrez-le à la pâte.


Étape 2 : Mettez la pâte par cuillerée sur une plaque à biscuits recouverte de papier parchemin ou d'un tapis en silicone. Pas besoin de trop laisser d'espace.


Étape 3 : Faites cuire les biscuits pendant environ 15 minutes. Laissez-les refroidir sur une grille, puis conservez-les dans un contenant hermétique. (Mettez-les au frigo s'il fait très chaud.)

Ces biscuits sont vraiment parfaits pour le déjeuner : pas trop sucrés, mœlleux et soutenants!

11 septembre 2017

de retour du marché n° 16

Encore une semaine où le temps et l'énergie se sont fait rares...


Je suis passée au Panetier vers la fin de la semaine. Ma consommation de pain varie pas mal, mais quand j'en mange, c'est là que je le prends.
(Secret bien gardé : ils congèlent les pains invendus chaque soir et les vendent à moitié prix — ou même moins cher quand ils ont un surplus!)


Chez IGA... hélas! Du brocoli dans du plastique! J'en avais vraiment besoin, sinon j'aurais attendu d'en trouver non emballé ailleurs.
Je dois penser à faire des provisions de tomates en conserve pour les sauces et ragoûts bien consistants de l'automne et de l'hiver. (Je n'ai pas assez de place dans mon congélateur pour y entreposer des tomates.)
Encore des pommes Paulared, que je commence à aimer pas mal. Celles-si sont très parfumées.

(Pendant ce temps...)


8 septembre 2017

truc simple n° 3

Vous n'avez plus de cassonade?

Pas de panique, vous avez probablement les ingrédients qu'il faut pour en faire vous-même! Pour remplacer 1 tasse de cassonade, il vous suffit de mélanger 1 tasse de sucre blanc avec 2 c. à table de mélasse.


4 septembre 2017

de retour du marché n° 15


Je suis allée faire un tour aux kiosques de la Ferme La Chouette Lapone et de la Ferme Marcouiller.
Avec les tomates italiennes, la courgette, le poivron et un reste d'oignon, j'ai préparé la meilleure ratatouille que j'aie jamais mangée! (Elle était encore meilleure froide le lendemain.)


Je manquais déjà d'huile d'olive et de bananes, d'où mon passage chez Super C.
Le kiosque de pommes qui s'installe habituellement au centre-ville n'y sera peut-être pas cette année, alors je devrai probablement me contenter de celles de l'épicerie... Celles-ci ne sont pas trop mal.


J'ai eu envie de profiter du temps frais pour prendre une marche, alors je me suis rendue jusque chez Fruits et Légumes en Gros pour un brocoli qui me servira dans plusieurs plats cette semaine.


Les Délices d'automne au Parc portuaire de Trois-Rivières sont hélas un festival du carnisme complètement décomplexé... Chaque année, j'y vais le temps de 2 achats : une bouteille de vin ou d'un autre liquide alcoolisé pour l'anniversaire de mariage de mes parents, et de l'ail «Music» au kiosque des Jardins Solail (le meilleur ail au monde!).

__________________________________



Un de mes rêves s'est récemment réalisé! Depuis des années, je cherchais une solution pour composter les déchets organiques (provenant surtout de fruits et de légumes) qui constituent la majorité du contenu de ma poubelle. C'était impossible chez moi, et j'ai achalé bien du monde — en vain — pour qu'ils acceptent que je dépose mes matières vertes dans leur bac à compost.

Il y a quelques semaines, j'ai entendu parler d'un projet pilote de compostage pour les gens qui habitent au centre-ville de Trois-Rivières. Comme vous pouvez l'imaginer, je me suis garrochée pour remplir le formulaire de candidature... et à mon grand bonheur j'ai été choisie parmi les 20 foyers participants. Yay! J'avais le sourire aux lèvres lorsque j'ai fait mon premier «dépôt»!

Le projet pilote s'étend sur les 3 prochains mois et, si tout se déroule bien, devrait être implanté dans d'autres quartiers de la ville dès le printemps prochain. Étant donné le retard qu'affiche Trois-Rivières côté démarches écologiques, ça a pris beaucoup de détermination, de persévérance et de temps pour arriver à faire de ce projet une réalité, alors j'espère sincèrement qu'il va remporter beaucoup de succès.

1 septembre 2017

«salade» de carottes


Cette «salade» toute simple accompagne très bien les repas de fin d'été ou de début d'automne.

Il vous faut :

- des carottes râpées
- de l'huile de sésame
- du sel
- des graines de sésame ou de chanvre


Mélangez ces ingrédients et c'est tout! C'est encore meilleur après quelques heures au frigo.

28 août 2017

de retour du marché n° 14

Petite semaine côté marché... J'ai déjà hâte à la saison des grosses soupes consistantes pleines de bonnes choses!


J'allais manquer de café! Direction Le Temps d'une Pinte. J'ai bien aimé cette variété la dernière fois, alors je ne me suis pas cassé le bécique à choisir...


Je voulais faire une batch (ou deux) d'hummus ce week-end et je n'avais pas de citron. Tant qu'à me rendre chez Fruits et Légumes en Gros, j'ai fait provision de bananes, pris un brocoli (un de mes légumes préférés) et acheté un oignon pour faire des croquettes de pommes de terre cette semaine.


Comme j'ai manqué l'épluchette de blé d'inde familiale, je m'en suis faite une pour moi toute seule. Je suis allée chercher mes épis au kiosque de la Ferme Marcouiller, qui a été déplacé encore plus près de chez moi pour le reste de la saison en raison des travaux à l'hôtel Delta.


Et pour finir, j'ai profité d'un spécial sur les pâtes chez IGA...

25 août 2017

truc simple n° 2

Il vous reste de la pâte de tomate après avoir préparé votre recette?


Mettez-la par cuillérées sur une assiette à tarte et congelez-la pendant quelques heures. Transférez-la ensuite dans un contenant que vous garderez au congélateur. Vous pourrez en sortir seulement la quantité dont vous avez besoin, sans gaspillage!

21 août 2017

de retour du marché n° 13

Ça ne sera pas long cette fois-ci...


La semaine dernière, par manque de temps et d'énergie, je suis seulement allée chez Super C et je me suis arrêtée au Panetier en revenant chez moi.


En passant, j'ai récemment ajouté sur ce site une liste de bonnes adresses à Trois-Rivières. Ce sont des endroits que je fréquente et que je peux recommander!

18 août 2017

comment faire son propre rince-bouche

Comme je vous le mentionnais la semaine dernière, tant qu'à acheter de la vodka que je ne boirai pas, pourquoi ne pas essayer quelque chose d'autre? J'ai profité du «démarrage» de mon extrait de vanille pour tester le rince-bouche maison.

Je suis tombée sur cette recette sur le blogue de The Zero-Waste Chef, où Anne Marie partage des tonnes de trucs géniaux. Si vous lisez l'anglais, je vous en recommande fortement la lecture!

Le principe est presque identique que pour l'extrait de vanille. Voici les ingrédients :


- 12 clous de girofle entiers
- 3 fleurs d'anis étoilé
- 1 bâton de cannelle cassé en morceaux
- 1 tasse de vodka

Mettez tous les ingrédients dans un bocal et fermez-le hermétiquement. Laissez les épices infuser pendant 1 mois, en agitant le bocal de temps à autre. Filtrez le rince-bouche et versez-le dans une bouteille propre.


ATTENTION : NE PAS UTILISER TEL QUEL! Il s'agit d'une teinture très concentrée, il faut donc la diluer : environ 1/8 c. à thé dans 2 c. à table d'eau. On peut diluer une partie du concentré à l'avance, mais attention à ne pas contaminer le rince-bouche en portant directement le goulot aux lèvres...

Comme c'est la première fois que j'essaie cette recette, je suis curieuse de savoir ce qu'il goûtera.(Quelque chose me dit déjà que je vais augmenter la proportion d'anis étoilé pour les prochaines batches!)

14 août 2017

de retour du marché n° 12


Chez Super C, j'ai acheté un gros sac de pommes de terres — depuis le temps que j'avais envie d'en manger! — et de l'huile d'olive, que j'utilise en quantité appréciable dans ma cuisine.
(Pas moyen d'empêcher Rebus de figurer dans la photo, il essayait d'ouvrir le sac!)


Je rêvais aussi de carottes, et il y en avait cette semaine au kiosque de la Ferme La Chouette Lapone! (J'ai fait une espèce de pesto avec les fanes¸et je l'ai congelé.)
J'ai mangé le chou-rave et les courgettes en crudités.


Les bleuets sont arrivés au kiosque de la Ferme Marcouiller et ils sont tellement bons... Je n'en ai acheté qu'un seul panier jusqu'à maintenant, dont la plus grande partie est maintenant au congélateur.


Je suis retournée chez Super C plus tard en semaine pour profiter du spécial sur les cerises (je me paie la traite une fois par été) et refaire le plein de bananes.
J'en mange rarement, mais j'explore mes options pour me procurer des pâtes. Celles-ci sont fabriquées au Canada, emballées dans des boîtes de carton (sauf pour la petite fenêtre), faites avec du blé entier, faciles à trouver près de chez moi et vendues à prix abordable. (Reste que ça me fait plutôt bizarre d'acheter la marque de pâtes avec laquelle j'ai grandi...)


Ce week-end je suis passée chez Fruits en Légumes en Gros pour reprendre un brocoli et chez Bulk Barn pour acheter des raisins secs Thompson (je mange souvent des fruits séchés comme dessert).

11 août 2017

essence de vanille maison

Lorsque j'ai acheté des gousses de vanille il y a quelques semaines, c'était avec l'intention de faire de l'essence de vanille et de l'offrir en cadeau pendant les Fêtes. C'est le genre de chose qu'il faut planifier à l'avance, car la période d'«infusion» peut être longue!

On trouve cette recette un peu partout sur le web, avec peu de variations. Vous allez voir, c'est ben simple, et vous vous demanderez comme moi pourquoi vous achetez encore une version inféreure de cet élixir divin à l'épicerie!

Il vous faut :

- 3 gousses de vanille (choisissez-les dodues et souples si possible)
- 1 tasse de vodka, de rhum, de brandy, de whiskey américain (bourbon) ou de whisky single malt


Fendez les gousses de vanille en deux sur presque toute leur longueur. Placez-les dans un bocal en verre, ajoutez l'alcool et vérifiez que les gousses sont complètement immergées. Fermez le bocal hermétiquement et mettez-le à l'abri de la lumière. Secouez le bocal une fois par semaine  — ou quand vous y pensez — en vous assurant toujours que les gousses de vanille restent bien sous le niveau de l'alcool. Au bout de 2 mois, sentez et goûtez à votre essence; l'odeur et la saveur de l'alcool s'estompent avec le temps, donc si elles sont encore trop prononcées, laissez la vanille infuser pendant encore quelques semaines. Lorsque le résultat vous plaît, filtrez l'essence et versez-la dans une bouteille hermétique. Remettez les gousses de vanille dans le bocal, ajoutez-y 1 tasse d'alcool, et recommencez le processus! Elles peuvent être utilisées jusqu'à 3 fois, en prolongeant le temps d'infusion.*


Vous pouvez évidemment doubler ou tripler la recette au besoin si vous utilisez de grandes quantités d'essence de vanille ou si vous comptez en offrir à toute votre parenté!


Comme je ne bois pas d'alcool, j'ai décidé d'optimiser mon achat d'une bouteille de vodka en concoctant une autre recette, dont je vous parlerai la semaine prochaine...


__________________________________

* Après la période d'infusion de votre troisième batch, faites bien sécher les gousses de vanille et mettez-les dans un bocal rempli de sucre pour le parfumer. Vous pourrez utiliser ce sucre vanillé dans votre boisson chaude préférée, dans vos recettes de dessert, sur des fruits, etc.

7 août 2017

de retour du marché n° 11

Je n'ai pas fait beaucoup d'achats alimentaires la semaine dernière; je suis seulement allée chez Fruits et Légumes en Gros, puis je me suis arrêtée au kiosque de la Ferme Marcouiller en revenant chez moi.


Je destinais l'aubergine et les tomates à une moussaka libanaise, un de mes plats préférés. Puisqu'on peut la manger chaude, tiède ou froide, elle est idéale à ce temps-ci de l'année.


En prime, une petite photo des coulisses :



Rebus qui essaie de se rouler sur le sac de bananes...

4 août 2017

Juillet sans plastique : le bilan

C'est le moment du bilan de «Juillet sans plastique»!

Dans la boîte de carton que j'ai posée à côté de ma poubelle pour y déposer à mesure le matériel offensant, pas de plastique à usage unique (sacs, tasses à café, bouteilles d'eau ou pailles), ce qui n'a rien de surprenant. Mes résultats ont été influencés par quelques imprévus qui, bien évidemment, devaient survenir en plein mois sans plastique! Malgré cette déception, j'ai trouvé ce mois de juillet très éclairant sous plusieurs aspects, car il m'a permis entre autre de confirmer à quel point certains plastiques sont inutiles et superflus. Les sceaux de sécurité sont partout! Quelle société paranoïaque que la nôtre...




Voici donc tout le contenu de ma boîte. Notez que pour cet inventaire, je tiens seulement compte des bouts de plastique non recyclables et non réutilisables.


déchets créés pour Rebus

- 1 plaquette pour médicaments
- sachet de gâteries vides
- partie supérieure du nouveau sachet de gâteries
- sceau de sécurité autour de la fiole de Rescue Remedy
- 2 sacs de granules pour échantillon d'urine
- pipette pour échantillon d'urine


déchets reliés à l'alimentation

- emballage de tofu fumé
- 10 étiquettes de fruits, provenant de bananes et de tomates
- sceau de sécurité autour du couvercle d'un contenant de levure alimentaire (reçu en cadeau)
- sceau de sécurité autour du couvercle d'un pot de moutarde


déchets reliés aux soins pour le corps

- emballage de brosse à dents en bambou (en plastique végétal compostable... mais pas dans mon coin)
- plaquette de médicaments pour les allergies
- code à barre de la boîte de médicaments pour les allergies
- soie dentaire
- sceau de sécurité autour du couvercle d'un autre médicament pour allergies
- pellicule plastique autour de ma nouvelle tondeuse à cheveux
- pellicule plastique autour de la bouteille d'huile pour ma tondeuse à cheveux


divers

- emballage du feutre inclus dans un ensemble de contenants Anchor Hocking
- coque d'un emballage de piles vide
- enveloppe plastique et ruban sur un colis dont j'ai réutilisé la boîte
- 2 tiges pour étiquettes de prix sur de nouveaux foulards
- feuille de rouleau anti-charpie


Le seul déchet récurrent auquel je peux faire quelque chose pour le moment provient de mon médicament pour les allergies. Les maudites plaquettes! J'ai trouvé un autre médicament vendu en flacon, dont le couvercle est bien évidemment muni d'un sceau de sécurité, mais au moins le reste de l'emballage est recyclable. Reste à voir s'il sera efficace quand la saison de l'herbe à poux débutera...

31 juillet 2017

de retour du marché n° 10

On entre dans ma période préférée de l'année, quand les marchés offrent une abondance de bonnes choses!


Au kiosque de la Ferme La Chouette Lapone, j'ai évidemment pris du kale et des choux-raves.
J'adore la réglisse, alors imaginez mon bonheur quand j'ai su qu'ils avaient du fenouil! Je le mange exclusivement en crudité.
Les tomates étaient des «numéro deux», c'est-à-dire imparfaites... mais délicieuses et moins chères!


Par pure coîncidence, tous mes achats chez Fruits et Légumes en Gros aient eu la même couleur!


J'ai profité de mon passage dans le coin de chez Provigo pour aller chercher un pot de mon beurre d'arachides préféré.

28 juillet 2017

laver son linge sale

Pour faire suite à mon billet de la semaine dernière sur les «produits» de nettoyage, je me suis dit que je vous parlerais un peu de lessive.

Nous passons la majorité de notre temps avec au moins un bout de tissu en contact direct avec une partie de notre corps, d'où l'importance de nettoyer ce tissu avec un détergent à la fois efficace et sans ingrédients irritants. Concernant ce dernier point, il faut faire preuve de beaucoup de vigilance : même les détergents prétendument «pour peaux sensibles» contiennent des composants et parfums potentiellement allergènes, polluants et complètement superflus!

Je n'ai heureusement pas d'allergies cutanées, mais je suis super sensible aux odeurs — et vous savez à quel point les détergents à lessive conventionnels sont odorants! Et que dire des assouplissants! C'est supposé sentir le «propre», mais en réalité ÇA EMPESTE.

Pendant longtemps j'ai utilisé divers détergents liquides «naturels» (Attitude, Bio-Vert, Nature Clean, etc.) qui donnaient de bons résultats, mais l'année dernière je me suis enfin décidée à tenter d'en fabriquer moi-même. J'ai testé la lessive liquide du blogue Down to Earth...  avec un succès plutôt mitigé. Le liquide s'est séparé et, même si je secouais énergiquement le contenant, il restait toujours des résidus blancs sur mes vêtements foncés.


Ne me laissant pas décourager, j'ai ensuite essayé une recette de détergent en poudre. On trouve plus ou moins la même un peu partout sur le web; il suffit de bien mélanger :


- 1 tasse de savon finement râpé*
- 2 tasses de cristaux de soude** (aussi appelés carbonate de soude/sodium)
- 2 tasses de bicarbonate de soude
- environ 10 gouttes d'huile essentielle au choix (optionnel)


Pour l'utiliser, on prend 1 cuillère à soupe du mélange pour une brassée moyenne. Comme je lave à l'eau froide, je dissous d'abord la poudre dans une tasse d'eau bouillante avant de verser le tout dans la machine.

La grande majorité du temps, je règle la laveuse au cycle «délicat», moins rough sur les vêtements.

Au besoin, je pré-traite les taches en frottant du savon de Marseille dessus et en le laissant agir au moins une demi-heure avant de mettre l'article au lavage.

Je n'ai pas de sécheuse, et étant donné que le linge séché à l'air libre a tendance à devenir raide, en guise d'assouplissant je verse du vinaigre blanc dans la laveuse pendant le cycle de rinçage... quand j'y pense!

Hélas, mes allergies à plusieurs sortes de pollen m'empêchent d'étendre les vêtements et les draps dehors (j'ai commis cette erreur une seule fois!). De toute façon, avec les particules de pollution en suspension dans l'air au centre-ville, ça serait une bien mauvaise idée. J'ai donc deux séchoirs pliants à structure métallique. Il en existe tellement de modèles; lequel choisir? Par expérience, je peux vous faire la recommandation suivante : ça vaut vraiment la peine d'investir un peu plus dans un séchoir solide qui va durer longtemps. C'est tentant de prendre le moins cher, mais il finira par tomber en morceaux et, à moins d'être particulièrement habile en soudure ou en bricolage, vous devrez en racheter un autre... surtout si vous avez un chat plutôt aventureux. Pour faire sécher mon drap contour (je ne mets pas de drap plat sur mon lit), je le «drape» par-dessus une porte que je peux laisser ouverte pendant un ou deux jours.

__________________________________

*    Il faut impérativement un savon sans colorant ni glycérine.

**  J'en ai acheté sur Well.ca, mais on en trouve dans certains magasins d'alimentation naturelle.
     Il est également possible d'en faire soi-même à partir de bicarbonate de soude :
  1. Étalez du bicarbonate de soude uniformément sur une plaque à biscuits.
  2. Mettez la plaque au four à 400 °F pendant 30 à 60 minutes. Le but de cette «cuisson» est d'éliminer toute trace d'humidité. Brassez une ou deux fois si la couche de bicarbonate est épaisse.
  3. Retirez la plaque du four et laissez les cristaux refroidir complètement. Le bicarbonate aura perdu son apparence brillante pour devenir mat et poudreux.
  4. Conservez vos cristaux de soude dans un contenant hermétique pour éviter qu'ils réabsorbent l'humidité. Rangez-les dans un endroit frais.