21 juillet 2017

propre et pas compliqué

Si vous avez déjà mis les pieds au centre-ville de Trois-Rivières, vous l'avez certainement remarqué : impossible de faire 100 pas sans se retrouver devant un restaurant! C'est même devenu un attrait pendant l'été, avec toutes les terrasses qui prennent les trottoirs d'assaut.

En tant que résidente de ce secteur, je peux observer un phénomène qui me rend plutôt inconfortable : tous les jours de la semaine, je vois des camions et camionnettes livrer des dizaines de bidons de produits nettoyants à ces restaurants. De gros contenants de 5 litres et plus remplis de liquides colorés, dont l'étiquette arbore en caractères gras des avertissements accompagnés d'une tête de mort. Ces produits-là vont se retrouver, dilués ou non, sur toutes les surfaces de l'établissement, depuis les toilettes jusqu'à la cuisine, en passant par la salle où les repas sont servis. Ils dégageront des émanations qui flotteront dans l'air. Pour les manipuler, il sera nécessaire de porter des gants et, dans certains cas, un masque. Malgré ces précautions, il est presque certain que les personnes qui doivent utiliser ces substances subiront des irritations cutanées et respiratoires plus ou moins incommodantes. De plus, tous ces produits chimiques se retrouveront forcément d'une manière ou d'une autre dans l'eau, donc dans le robinet... et qui sait à quel point les procédés de filtration sont efficaces pour les en retirer.

Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me coupe l'appétit.

Chaque fois que je suis témoin d'une livraison de nettoyants chimiques, je me demande pourquoi c'est considéré non seulement normal, mais carrément nécessaire d'employer un tel arsenal. Et aussi, pourquoi ces restaurants dépensent-ils tant d'argent alors qu'ils ont fort probablement déjà en cuisine  des produits sans danger qui pourraient parfaitement remplacer tout ça pour une fraction du prix?

Vous me voyez venir, hein? Oui, bien deviné, je parle de mes deux bons copains le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc. Associés à l'indémodable savon de Marseille et à quelques chiffons découpés dans de vieilles serviettes, des linges à vaisselle tachés ou des t-shirts usés, ils suffisent amplement pour faire la job!


Mais que croyez-vous que les propriétaires de restaurants diraient si on leur suggérait de remplacer leurs bidons de nettoyants par un bidon de vinaigre, une boîte de bicarbonate et un cube de savon? «Ce n'est pas assez efficace! Ça ne nettoie pas assez en profondeur!» Pourtant, tout le monde qui les utilise peut affirmer le contraire sans hésitation! 

Et le meilleur dans tout ça? Pas besoin de masque — ni de gants, à moins d'avoir la peau particulièrement sensible!

2 commentaires:

  1. C'est que l'énorme budget marketing de ces produits-là a assuré un lavage de cerveaux des plus efficaces pour en imposer l'usage… Mais oui, c'est complètement fou, et vraiment triste. (J'aurais plein de choses à dire là-dessus, mais j'ai le cerveau en compote, alors je conclurai tout bonnement d'un «vive le bicarbonate de soude! vive le vinaigre! et le bon vieux savon!»)

    RépondreEffacer
    Réponses
    1. C'est clair que tant que des entreprises dépendent là-dessus pour faire du ca$h, elles vont promouvoir non seulement l'utilité, mais l'indispensabilité des produits chimiques hyper agressants...

      Effacer

Si vous avez une question, un commentaire ou une suggestion, ne vous gênez surtout pas — l'objectif de ce blogue est le partage!