10 novembre 2017

truc simple n° 5

Je ne suis pas vraiment fan des quelques substituts de fromage qui sont disponibles dans mon coin, surtout dans les applications où ils doivent fondre. Mais ces dernières semaines, alors que je me gavais de vidéos de cuisine sur YouTube, j'ai remarqué  avec beaucoup d'intérêt que Julie de Friendly Beauty et Magalie de Cherry Pepper utilisent assez souvent la crème de soya — ou plutôt de soja —sur leur pizza ou leurs autres plats «gratinés».

J'ai donc testé la chose sur ma pizza maison avec de la crème Belsoy, qu'on trouve un peu partout  (même dans mon petit IGA), en la saupoudrant d'un peu de sel et de levure alimentaire. La chaleur donne à la crème un petit goût acidulé que j'ai trouvé vraiment délicieux. Essayé et adopté!


3 novembre 2017

alternative locale : sauce piquante

Je suis une inconditionnelle de la sriracha, cette sauce rouge vif si savoureuse qu'on a envie de mettre partout. Hélas, les ingrédients ne sont pas super côté santé... Je cherchais donc depuis un bon bout de temps une alternative un peu plus saine, et idéalement fabriquée au Québec.

Je n'osais plus y croire, jusqu'à samedi dernier! En faisant le tour des tablettes à mon cher Marché Notre-Dame, je suis tombée sur une petite bouteille à étiquette noire et rouge qui portait la mention «Sauce piquante». Étant donné que ce magasin met beaucoup de l'avant des produits québécois, j'ai été envahie d'une vague d'espoir... Ô miracle, elle est fabriquée à Montréal! Je l'ai essayée le soir-même, en posant quelques gouttes sur ma poêlée de haricots, de riz brun et de tofu fumé. Wow! La sauce a une saveur riche et franche, sans être trop puissante. Ce qui me plaît beaucoup dans la sriracha, c'est qu'elle ne se contente pas d'être piquante — elle goûte quelque chose. Je suis donc extrêmement heureuse de retrouver cette caractéristique dans la Oro Rojo!


27 octobre 2017

truc simple n° 4

Besoin d'une petite sauce salée pour agrémenter un plat?

Diluez du beurre de noix (arachide, cajou, noisette, etc.) avec de l'eau très chaude, mais pas bouillante. Ajoutez l'eau peu à peu, en brassant bien avec une fourchette, jusqu'à ce que vous obteniez la consistance que vous voulez. Assaisonnez d'une pincée de sel, et c'est tout! Si vous avez envie d'un peu de piquant, ajoutez-y quelques gouttes de sauce piquante (tabasco, sriracha, etc.).

23 octobre 2017

provisions d'automne

Je sais que l'automne est vraiment arrivé quand le kiosque de la Ferme Marcouiller au centre-ville cesse ses opérations... Je suis allée faire un dernier tour hier matin pour leur dire au revoir et faire quelques ajouts à mes stocks pour cet hiver : courges musquées et choux verts.


Les pommes (des Ambrosia) proviennent du kiosque de Pomme Atout, qui va demeurer ouvert au moins jusqu'à la fin de semaine prochaine. Heureusement, parce que je n'ai toujours pas fait ma compote de pommes cette année! J'ai déjà des provisions de carottes, de pommes de terre, d'ail, d'oignons et de betteraves.

Depuis un bon moment, je m'intéresse aux méthodes de conservation qui prédatent l'électrification et à leur regain de popularité à notre époque — autrement dit, au fait de vivre sans frigo ni congélo. Comme je suis du genre à préférer une approche pratique plutôt qu'à me contenter de lire la théorie* (ce qui avait d'ailleurs passablement désarçonné ma prof de terminologie à l'université!), je compte expérimenter quelques méthodes différentes pendant les mois qui viennent. Je vous en reparle si ça vous intéresse?



*Si vous connaissez l'historienne Ruth Goodman, ça ne vous surprendra pas d'apprendre qu'elle est une de mes héroïnes! Je viens d'ailleurs de terminer son excellent How to be a Victorian, que je vous recommande chaudement si vous vous intéressez à la vie quotidienne des gens ordinaires du passé. Elle y parle entre autre de l'hygiène intime des femmes et de la faim, des sujets trop peu souvent abordés.

22 septembre 2017

mes essentiels dans la cuisine

Bien que je ne sois pas particulièrement matérialiste, il y a de ces objets dont je pourrais difficilement me passer... surtout dans la cuisine!



Un tablier. Il m'arrive souvent de l'enfiler le matin et d'oublier de l'enlever avant le soir! (Je ne suis encore jamais sortie avec, mais ce n'est qu'une question de temps.) Je l'ai trouvé au Village des Valeurs. Il a visiblement été «fait maison» et comporte 2 grandes poches super pratiques.



Un entonnoir de mise en conserve en métal. Je l'ai acheté chez Canadian Tire, et c'est un investissement que je ne regrette pas. Avec ma maladresse légendaire, c'est devenu impensable pour moi de transférer quoi que ce soit dans un contenant sans cet outil.



Un petit couteau, un aiguisoir et une planche à découper. Ça m'a pris du temps à m'habituer à la forme de cette lame, mais je ne m'en passerais plus maintenant; elle permet de couper avec précision des tranches minces et de hacher très finement. Je m'en sers tellement souvent (avec la planche) que je dois aiguiser mon couteau aux 2 semaines environ.



Une spatule en silicone et une cuillère de bois. Pour récupérer le dernier soupçon de beurre d'arachide au fond du pot, laissez faire le couteau! Et je crois avoir hérité de ma mère le culte de la cuillère de bois... J'aime bien voir que la mienne est si usée au bout.



Un grand poêlon. Je m'en sers pour faire presque tout, de la socca à la sauce pour pâtes.



Une essoreuse à salade. Celle-ci est un peu petite à mon goût. En tout cas, jusqu'à maintenant elle a résisté à un usage intensif. Elle ne sert pas seulement pour les salades, mais aussi pour laver, faire tremper et rincer des fruits et légumes de petite taille.


(J'aurais aussi pu inclure une photo de ma vaste collection de pots Mason... Mes préférée sont ceux à embouchure large.)


__________________________________

Étant donné que je pars en voyage dans quelques jours et que je risque d'être passablement occupée à mon retour, ceci sera mon dernier billet pour une période indéterminée. Prenez bien soin de vous, et profitez du plein air!

18 septembre 2017

de retour du marché n° 17

Quelle semaine!


Oui, je sais, du plastique... mais ce sont des produits excellents et très locaux de la Ferme Marcouiller.
Les cerises de terre étaient les meilleures que j'aie mangées de ma vie!


J'étais à cours de confiture; par curiosité, je suis allée voir au Marché Notre-Dame et j'ai trouvé celle-ci, fabriquée tout près de Trois-Rivières. Elle est absolument délicieuse.


J'ai fait le plein de pommes et de bananes chez IGA, et acheté une aubergine très mal en point avec l'intention de l'utiliser dans une ratatouille.


Une autre visite au kiosque de la Ferme Marcouiller pour les autres ingrédients de ma ratatouille (elle était à se rouler par terre!).


Il y avait un arrivage d'ail du Québec à prix raisonnable chez Fruits et Légumes en Gros. J'adore l'ail et je ne peux jamais en avoir trop en réserve!


Eh oui, encore le kiosque de la Ferme Marcouiller... Comment résister à leurs cerises de terre?
J'ai fait cuire tout le maïs, j'en ai mangé la moitié immédiatement et j'ai gardé le reste pour l'intégrer à des recettes au cours des prochains jours.

15 septembre 2017

simple comme 1-2-3 : biscuits banane-avoine-beurre d'arachide

Il y a quelques mois, j'ai eu une envie soudaine de manger des biscuits aux flocons d'avoine et au beurre d'arachide pour déjeuner. Je n'ai aucune idée d'où c'est venu, mais je suis super contente que ça soit arrivé, parce qu'en cherchant sur internet une façon simple de combiner ces ingrédients, je suis tombée sur une recette simplissime et polyvalente. En plein mon genre!

ingrédients

- 2 bananes très mûres
- 1 1/2 tasse de flocons d'avoine
- 1/3 tasse de beurre d'arachide
- 1/4 tasse de pépites de chocolat (ou de canneberges séchées, de dattes hachées, etc.)



Étape 1 : Préchauffez le four à 350 °F. Écrasez les bananes avec une fourchette pour en faire une purée lisse. Ajoutez les flocons d'avoine et le beurre d'arachide, et mélangez bien. Ajoutez les pépites de chocolat (ou l'ingrédient sucré de votre choix) et intégrez-le à la pâte.


Étape 2 : Mettez la pâte par cuillerée sur une plaque à biscuits recouverte de papier parchemin ou d'un tapis en silicone. Pas besoin de trop laisser d'espace.


Étape 3 : Faites cuire les biscuits pendant environ 15 minutes. Laissez-les refroidir sur une grille, puis conservez-les dans un contenant hermétique. (Mettez-les au frigo s'il fait très chaud.)

Ces biscuits sont vraiment parfaits pour le déjeuner : pas trop sucrés, mœlleux et soutenants!